D E R N I E R E M E N T . . .

CZECH-LIST

CHECK LIST. Sous ce nom barbare et mystérieux se cachaient en réalité nos premiers stages cliniques au chevet du patient. A Strasbourg, à pa...

Les TD d'Anat

Je pédale, je pédale, je pédale et arrive enfin au bâtiment d'anatomie normale où je m'étais égaré lors de mon premier cours de P1. Je traverse la salle de cours où sont exposés dans des armoires vitrées et autres bocaux des morceaux d'os humains. "Ça va, c'est comme dans les bouquins d'anat", me suis-je dit. Au fond s’entrouvre une porte d'où un brouhaha de plus en plus intense s'échappe au fur et à mesure que je me rapproche. Au seuil de la porte, j'arrive dans ce qui semblerait être à première vue une vulgaire petite salle de classe d'une capacité de 30 élèves avec des pupitres, un tableau noir et le bureau du prof. Sauf que ça n'est pas une vulgaire salle de classe. Sur chaque table trottent des bocaux dans lesquels est suspendu un morceau de corps humain. "Oh berk, c'est comme dans les bouquins d'anat !"

Je m'installe timidement à côté d'une personne que j'avais rencontré durant la pré-rentrée. En fait, on s'est tous mis à côté de quelqu'un qu'on connaissait vaguement : de la P1, de la prépa, du tutorat, du stage inf, etc... Généralement, sur ton groupe de "potes" de P1, y'en 2 ou 3 qui passaient et pas nécessairement en médecine en plus. Ensuite, les groupes de TD sont divisés en fonction de l'alphabet ce qui augmentent tes chances de n'être qu'avec des inconnus... et qui s'est finalement révélé être le meilleur atout de cette P2. "- Sasalut...  - Ah, salut... !" : de comment engager sans gêne aucune une conversation après un an d'hibernation sociale. Le silence qui s'en est suit n'a heureusement pas duré puisque la prof d'anatomie est entrée dans la salle suivie en file indienne par son cortège royal de 5 moniteurs d'anatomie tous habillés d'une blouse blanche bien boutonnée pour envoyer du lourd. Les monos étaient des D1 (3e année) et entre nous, c'est le meilleur plan drague qui n'ait jamais existé.

Passé le vague dégoût que m'évoquait l'avant-bras baignant dans du formol en face de moi, j'ai vite conclu que les travaux dirigés d'anatomie n'allaient pas ressembler à ce que j'avais pu lire ici et là sur la toile : pas de dissection, kein bistouri et autres joies de la boucherie fine en équipe. Snif. Le principe de ces TD est simple : un thème -les membres ce jour-là -, plusieurs tables avec des bocaux différents dessus, on dessine un croquis anatomique du contenu de chaque bocal que l'on annote à l'aide des monos puis on tourne en allant à une table différente avec des bocaux différents ainsi que des voisins différents. Du coup, au fur et à mesure que les TD avançaient, on apprenait tous à se connaître et il y'avait une bonne ambiance. Ce qui est bien, c'est que ces TD réveillent en vous la fibre artistique qui y sommeillait. Enfin, c'est ce que j'ai voulu croire. Car devant les réactions plus que mitigées des moniteurs qui jetaient un coup d’œil par-dessus mon épaule à mon croquis, j'ai vite compris que j'appartenais à la tendance de l'art abstrait. Des regards furtifs sur les feuilles de mes voisins me rassuraient parfois - "pffftt, c'est encore pire" - , me complexaient souvent. On pourrait comparer ces TD à des ateliers Meetic. Attention, pas que j'y aie déjà participé hein, non - je le jure -, mais voilà. C'est sûr qu'un flirt devant un morceau de tête pétrifié pouvait relever du challenge mais que la même chose devant une coupe anatomique de cœur n'était pas dénué de romantisme. Berk, oubliez, je me dégoûte.

Je ne vous parle même pas de la désillusion de la D1 au cours des TD d'anatomie sur le vivant : nous les mecs étions tous partis bien loin dans des délires de persécution genre on va devoir poser à poil donc on avait passé l'été à faire de la muscu' quand il ne s'agissait pas de bosser les rattrapages ; certaines filles, elles, s'étaient mises à un régime draconien au cas où - à notre plus grand bonheur à peine voilé - une fille aurait été désignée. En fait, on s'imaginait des TD comme chez les kinés quoi. Evidemment pour vous mesdames, je vous rassure, il n'en a rien été et j'ai vite regretté d'avoir lâché mon "programme de musculation" au bout de dix jours...

Les seuls TD en médecine pour lesquels on était content de se lever, c'était finalement bien ceux-là.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire