D E R N I E R E M E N T . . .

CZECH-LIST

CHECK LIST. Sous ce nom barbare et mystérieux se cachaient en réalité nos premiers stages cliniques au chevet du patient. A Strasbourg, à pa...

La situation scandaleuse des redoublants en PACES


Alors que les carrés, jargon carabin désignant les redoublants de la première année de médecine, ont toujours été vus par les primants comme des êtres mystiques et redoutables pour leurs nombreux privilèges et leur traditionnel meilleur taux de réussite au terrible concours de la PACES, la tendance semblerait s'amortir avec l'avènement de la technologie amenant le gouvernement à repenser le système pour rétablir la hiérarchie en vigueur. Reportage choc.

Témoignages émouvants


22 Juillet 2013. Chloé* est aux aguets au moment de nous ouvrir la porte de son petit studio aménagé, elle n'aimerait pas que des rumeurs sur son témoignage se colportent entre les murs de la faculté. "Dépêchez-vous, entrez, il ne me reste que 28 minutes de pause". Pour des raisons évidentes d'anonymat, elle a tenu à ne pas nous voir dresser des louanges à l'égard de son physique fort avantageux pour une jeune femme de 19 ans à travers ces lignes. Chloé est redoublante à l'université de Créteil et sous cette étouffante chaleur, travaille d'ores et déjà pour l'année à venir. "On leur dit de ne pas bosser en été pour ne pas se fatiguer histoire que derrière, on prenne l'ascendant", nous confie-t-elle au sujet des primants. Comprenez cher lecteurs que tous les détails comptent en PACES et notre redoublante en sait quelque chose : elle a échoué à une dizaine de place de son précieux Graal l'an passé. Entre deux gorgées de café et un comprimé multi-vitaminé, elle nous confie que "les bizuths semblent de mieux en mieux armés, année après année. L'effet de surprise a moins d'ampleur."

Même son de cloche du côté d'Aurélien*, qui nous accueille à son domicile familial, tard dans la nuit aux alentours de 4h du matin pour ne pas éveiller les soupçons de ses voisins. Anxieux à propos de ce véritable problème de santé publique, il n'a de toute façon pas su trouver le sommeil. "Vous savez, être carré du temps de mon père, c'était presque l'assurance de participer aux orgi... enfin, à cette aventure humaine qu'est la médecine. Aujourd'hui, internet favorise bien des choses aux nouveaux qui ne tombent alors plus dans les pièges classiques de la P1...", soupire-t-il.

De l'avis de chacun d'entre eux, la PACES est devenue "plus facile" pour les néo-étudiants inscrits dans ladite filière. Les chiffres de leur côté à Paris Descartes par exemple font l'état d'un net recul de la réussite des redoublants (-7,5% entre 2011 et 2012) et d'une légère augmentation de la réussite des primants (+1,4% entre 2011 et 2012). Comment expliquer cela ? Ces derniers profitent d'un relais accru de cette année particulière à travers l'internet, les médias et les livres notamment, voire de la réforme des lycées leur donnant une certaine assise méthodologique et psychologique pour affronter ce qui sera pour la majorité d'entre eux "le plus grand défi de leur vie".

La réaction du gouvernement ne se fait pas attendre


Face à cette agitation suscitée par la situation déplorable et scandaleuse des redoublants de la PACES, le gouvernement en place songe sérieusement à rétablir des conditions de travail "justes et équitables en adéquation avec le statut de redoublant dont joui, rappelons-le tout de même, 40% des étudiants de PACES" selon le porte-parole de l'Elysée. Certains députés ont eu la bonté à leur sortie d'une séance houleuse au palais Bourbon de nous éclairer sur ces mesures "vitales pour la sauvegarde du système de santé français". Ainsi nous ont-ils indiqués qu'une réflexion sur une distribution quotidienne d'avions en papier aux redoublants pouvait leur être "bénéfique afin de leur économiser le temps de conception et d'optimiser le stress des primants". Dans cette même optique, un groupe de travail propose de réserver les premières rangées des amphithéâtres exclusivement aux redoublants afin que ceux-ci soient dans le champ visuel, sonore et émotionnel des primants.

Cependant, le SNRP (Syndicat National des Redoublants de la PACES) n'est pas satisfait des propositions actuelles du gouvernement et exige d'aller plus loin. "Un mégaphone ne serait pas de trop en amphi par exemple, notre gorge est toute rouée après chaque matinée de cours à pousser la chansonnette !" nous expose, dépité, Sylvain, le président du syndicat. Il nous explique également qu'un système de cible collée dans le dos de chaque primant en début de matinée faciliterait "largement" l’atterrissage des avions sur leurs camarades, "en toute sécurité en plus". Enfin, il demande plus de reconnaissance de la part de la faculté : "Nous ne sommes pas des pestiférés, nous sommes avant tout des êtres humains comme tout le monde qui avons le droit à une deuxième chance dans la vie. Nous méritons donc au moins autant de considération que les primants de la part des instances dirigeantes", poursuit-il, sans décolérer.

C'est donc dans un climat tendu que se poursuivent les négociations entre la SNRP, les facultés de médecine et le gouvernement qui devraient aboutir d'ici la rentrée 2013-2014 à un bouleversement profond mais nécessaire du confort des nouveaux bacheliers.
*Noms choisis au hasard dans le respect de l'anonymat


Article paru dans La Némicède,
médicalement vôtre.

7 commentaires:

  1. salut!
    je voulais te demander ton avis sur le fait à ce qu'il y ait encore une chance à ce que je puisse avoir mon année en étant classé dans les 350 (bizuth), je travaille à fond mais je me demande si ça me sert encore à qqch...
    et ton blog est vraiment super bien fait et très remotivant!
    merci ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut !

      Tout d'abord, 350, au premier abord, ça m'a l'air plutôt bon ! Après, quel est le NC de ta fac ?

      Ensuite, pose-toi une question : pourquoi veux-tu réussir ta P1 ?

      Enfin, absolument tout est possible ! N'aies surtout AUCUN regret et bosse à fond. Tu auras tout donné et on ne peut faire plus que le maximum. A ce moment-là seulement tu tireras des conclusions mais pas maintenant !

      GO

      Supprimer
  2. 232! (fac de stras)
    Il me reste environ 90 places à remonter après le classement des filières qu'ils ont publié...
    Oui ces 2 mois de révisions je vais travailler un max pour ne pas avoir de regrets...
    Merci beaucoup pour tes conseils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh un strasbourgeois !

      90 places, c'est jouable, très franchement ! Efforce-toi de bosser l'anat de pelvis et sein (très sélectif), l'embryo de spé (oui oui) et la SHS ! J'insiste pour pelvis et sein car tête et cou, tout le monde va s'en sortir car il n'y a qu'une réponse juste par question. Mais 8MP, c'est LA matière à connaître par coeur !

      Bref, à 90 places du bonheur, c'est clairement pas le moment pour faire des calculs, fonce !

      Supprimer
  3. ça marche! Je vais bien insister sur MP!
    Oui c'est sûr, à fond jusque juin!! Merci encore tu m'as beaucoup aidé!!!

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, pas de pub en commentaire svp, merci !

      Supprimer